[ Passez votre souris sur une phrase pour la traduire. ]

FeràmiaBête Sauvage

Qu'es feràmia?qu'est ce que feràmia?

Format en 2015 per Louis Pezet e Hugo Collin, Feràmia es un grop tolosan de musica actuala occitana. Formé en 2015 par Louis Pezet et Hugo Collin, Feràmia est un groupe toulousain de musique actuelle en occitan.

Sas influéncias eclecticas, de l'electro a la cançon en passar pel jazz e qualques excursions etiopianas, dona a ausir una lectura originala de l'occitan e de sos universes. Lo primièr album de feràmia, "Lo drac pòt èsser tanben una soca", pareis en Març 2017. Ses influences éclectiques, de l'electro à la chanson, en passant par le jazz et quelques excursions éthiopiennes, donne à entendre une lecture originale de l'occitan et de ses univers. Le premier album de feràmia, "Lo drac pòt èsser tanben una soca", parait en Mars 2017.


Cossí se pronóncia?Comment ça se prononce?

apièja per saber la prononciacion occitanaApprends la bonne prononciation pour impressionner tes amis


Ont se pòt trobar feràmia sus internèt ?Où trouver feràmia sur internet ?

sus Facebook e sus Youtube. Sur Facebook et sur Youtube.


Qu'es lo Drac?C'est quoi le Drac


En guisa de manifèstEn guise de manifeste

Feràmia, bèstia fèra e ferotja, salvatja, aquí amb un tèrme de conotacion mitologica, fantastica. Lo mot Feràmia fa referéncia aital an aquestas creaturas que los fantasmas dels òmes an menats a la vida al fial dels atges. Mai qu’una identitat, encara en construccion, es una ambicion que pòrta aquel nom. L’ambicion de tornar trabalhar la literatura occitana, la lenga, son bestiari, e de fach son univèrs, a travèrs una musica vivaça e multipla… Aquí pr'aquò, cap de fossilizacion nostalgica de rasigas perdudas, Feràmia vòl pas tornar constituir un musèu de mai, agent per objectiu de defendre una cultura o un patrimòni, que se substituiriá a la memòria dels òmes. La tòca seriá puslèu de rainalar de nuèch dins aqueles musèus, de ne rompre las veirinas, de raubar tot çò que tenon, de ba s'emportar dins una iscla, e, fisèls als ensenhaments del mètge Monroe, de los tornar bastir, de los ibridar, de lor bufar vida e salvatjariá, per crear de feràmias novèlas, de creaturas fantasticas novèlas.« Feràmia », « bête sauvage » en languedocien, mais le terme a ici une connotation mythologique, fantastique. Le mot Feràmia fait ainsi référence à ces créatures que les fantasmes des hommes ont amenées à la vie au cours des âges. Plus qu’une identité, encore en construction, c’est une ambition que porte ce nom. L’ambition de retravailler la littérature occitane, la langue, son bestiaire, bref, son univers, à travers une musique vivace et multiple … Cependant ici, nulle « fossilisation » nostalgique des racines perdues, Feràmia n’entend pas reconstituer un enième musée, visant à défendre une « culture », ou un « patrimoine », qui se substituerait à la mémoire des hommes. Le but est plutôt de s’introduire nuitamment dans ces musées, d’en briser les vitrines, de voler tout ce qu’elles contiennent, de les emporter dans une île, et, fidèles aux enseignements du docteur Monroe, de les reconstruire, de les hybrider, de leur insuffler de la vie et de la sauvagerie, pour créer de nouvelles « Feràmias », de nouvelles créatures fantastiques.

La musica portada per Feràmia se vòl tanben bassacaira d'ataücs. L’auditor ausirà pas aquí de musica tradicionala occitana, e tanplan benlèu s'estonarà del descalatge entre lo dire dels tèxtes, per exemple de poèmas occitans de la debuta de sègle XXen, e lo lengatge musical utilisat dins l’interpretacion. Perque n'espelís quicòm que s’aparelha mai a Frankenstein qu’a la recitacion de poèma amb acompanhament musical. E tan melhor: Feràmia voldriá escapar a una tendéncia actuala de l’industria culturala, que nos abeura de títols que ne coneissem tot quitament abans de los aver escotats perque replican sens relambi de recèptas, de biaisses de far, que nòstras aurelhas ne son acostumadas. Feràmia es ni de « pòp-ròck », ni de « jazz-mestissat », ni mai d’ « electrò-lounge-world-tendéncia Aïti » o de que te sabi pas encara, es pas tanpauc de musica « fusion ». Lor musica, la voldrián bordejaira, susprenenta, desaisenta puèi serena, tintainanta puèi destructurada. D'aicí enlà, se poirà conéisser l’influéncia de la musica etiopiana, la poténcia de las instrumentacions dub, dels repics cocarèls, de ritmicas electrò, o encara l’influéncia de grands noms jazz american, e mai poirem assistir a una conferéncia d'aucelalha.La musique portée par Feràmia se veut elle aussi pilleuse de tombes. L’auditeur n’entendra pas ici de musique traditionnelle occitane, et il sera certainement surpris par le décalage entre le contenu des textes, par exemple des poèmes occitans du début du XXème, et le langage musical utilisé dans l’interprétation. Car il en ressort quelque chose qui s’apparente plus à Frankenstein qu’à la récitation de poème avec accompagnement musical. Et c’est tant mieux : Feràmia voudrait échapper à une tendance actuelle de l’industrie culturelle, qui nous abreuve de titres dont on connait tout avant même de les avoir écoutés parce qu’ils répliquent inlassablement des recettes, des façons de faire, dont notre oreille est familière. Feràmia n’est ni du « pop-rock », ni du « jazz métissé », ni de « l’electro-lounge-world-tendance Haïti » ou que sais-je encore, ce n’est pas non plus de la musique « fusion ». Leur musique, ils la voudraient louvoyante, surprenante, inconfortable puis sereine, entrainante puis déstructurée. Ici et là, on pourra donc reconnaître l’influence de la musique ethiopienne, la puissance des instrus dub, des refrains aguicheurs, des rythmiques électro, ou encore l’influence de grands noms jazz américain, et on pourra même assister à une conférence de volatiles.

Çò qu’interèssa Feràmia es doncas la prosodia de la lenga, l’univèrs mental que pòrta, e musicalament, tot çò que li passa jos la man. Aital, dins lo primièr album « Lo drac pòt èsser tanben una soca », a costat de poèmas d’autors de la debuta del sègle XXen, coma Lafont, Roqueta, Camprós, Còrdas, Galtièr o Alhièr, figuran tres tèxtes originals que s’inspiran de l’imagenari occitan. Per Feràmia, es un lengatge que pòt servir a exprimir tan çò que foguèt coma çò que serà. La pastorèla, la pastora de « Quora vendrà? », pòt èsser un pastora vertadièira, mas tanben una anarquista veganò-maniaca, una caissièira al ponhet macat, una geek aganida, una accionària qu’espia ansiosament los augurs de la borsa, o encara, ta maire. A l’auditor de ne decidir. Feràmia es un grop modèst e jove encara, que demanda pas que de partejar e bastir un univèrs novèl, amb vosautres, public adorat, que va crompar lo nòstre album e venir veire los nòstres concèrts. C’est donc la prosodie de la langue, et l’univers mental qu’elle porte qui intéresse Feràmia, et musicalement, tout ce qui leur passe sous la main. Ainsi dans le premier album, "Lo drac pòt èsser tanben una soca" , à côté des poèmes du début du XXeme siècle, comme Lafont, Rouquette, Camproux, Cordes, Gualtier ou Allier, figurent trois textes originaux, qui s’inspirent de l’imaginaire occitan. Pour Feràmia, c’est un langage qui peut servir à exprimer tout autant ce qui a été que ce qui va être. La pastourelle, la bergère de « Quora vendrà », peut être une véritable bergère, mais aussi une anarchiste végano­maniaque, une caissière au poignet meurtri, une geek surmenée, une actionnaire qui scrute anxieusement les présages de la bourse, ou même ta mère. A l’auditeur d’en décider. Feràmia c’est un groupe modeste et encore jeune, qui ne demande qu’à partager et à construire un univers nouveau, avec vous public adoré qui va acheter notre album et venir voir nos concerts.